• Thierry

Marche vers Lapu


Episode 5: Magnifique levé du jour avec une vue splendide sur le Ganesh Himal et un petit déjeuner sur le toit au soleil avec le meilleur miel que j'aie jamais goûté! (Nico et Bastien étaient bien d'accord).

En quittant Guida, on fait un tour chez la dame à qui nous avions offert de se faire construire une cheminée pour diminuer l'intoxication qu'elle subissait à longueur de journée dans sa maison de fortune. Bonne nouvelle, la cheminée a été construite, mais à l'extérieur de la pièce à vivre, à un endroit où -à mon sens- la ventilation était suffisante... Et la pièce à vivre continue à avoir un foyer pas ventilé! Mais bon...

On est invité pour un thé et cette fois c'est toute la famille qui est là, y-compris le mari qui n'osait plus (6 mois après le tremblement de terre) retourner dans sa maison. Il semble encore marqué et a semble-t-il des moments d'absence. Je lui offre un t-shirt de l'Association et en partant je lui donne un peu d'argent pour les inciter à construire des toilettes et à s'essayer au "homestay". Ganesh croit beaucoup à cette volonté du gouvernement de pousser les gens (avec une aide) à accueillir les touristes ou les gens de passage. En ce qui me concerne, si il y a une chambre ou une zone un peu privative et un WC propre cela peut aller quasi n'importe où. Je milite quand-même pour une hauteur de plafond compatible avec nos tailles européenne, car ici on est quand-même très souvent à 1.70-80m de plafond... avec les clous qui dépassent des tôles...


Le trajet a été aussi l'occasion de refaire connaissance avec les sangsues par centaines.... Au bout d'un moment – faut pas délirer non plus – j'ai chaussé 2 cornets en plastique ce qui m'a permis de me tenir à l'abri! J'ai quand-même l'impression que mes chaussures noires attirent un peu plus que celles des autres (en tout cas ça ne fait pas un pli, j'en ai 2-3 fois plus que les autres...).

En arrivant à Lapu on est invité à boire un thé dans la maison d'un ami de Ganesh puis on nous installe dans 2 maisons côte-à-côte, Nico et Bastien dans une sorte d'annexe étroite, avec deux lits minus et les patates qui sèchent par terre... De mon côté je suis chez le voisin dans une pièce avec une grande table, un lit double et un lit simple à 90°. La pièce sert de pub pour les ouvriers de la construction (école et dispensaire) et je partage la chambre avec une jeune étudiante enrôlée avec trois jeunes du Catholic Relief Service (= Caritas) qui sont là pour le recensement des maisons.

Suite au tremblement de terre le gouvernement a annoncé allouer un fond pour la reconstruction de chaque maison. En tout 2 laks soit 200'000 RS = env. 2000.-. 50'000RS après inscription, 80'000 RS au milieu des travaux et 70'000 RS à la fin. Plus d'une année après, le recensement est enfin entrain d'être organisé.

Dans les effets collatéraux de ces allocations il y a le fait que tous les hommes ayant plusieurs femmes (c'est interdit mais régulièrement pratiqué en montagne) séparent leur ménage pour obtenir plusieurs allocations et donc plusieurs maisons. Ganesh s'attend donc à ce que le nombre de maisons du village augmente sensiblement!!

Nous passons l'après-midi à nous promener dans le village.


Le dispensaire avance effectivement bien puisqu'ils en sont au niveau des linteaux des fenêtres. Le chantier est impressionnant et la construction semble extrêmement bien faite... ce sera sûrement le bâtiment le plus robuste de la vallée!!

Les fondations ont été creusées et bétonnées, les piliers sont tenus pas 4 fers à bétons chaînés, et une séparation horizontale de béton armé a été coulée tous les mètres pour répondre aux normes antisismiques. A l'extérieur, la bande de béton a été cachée par de la pierre taillée dans un soucis d'esthétique! C'est magnifique!

Une des trois pièces sera la chambre "patient" et elle a des WC privatifs. Deux autres WC seront construits à l'extérieur à moindre coût.

La salle de consultation aura l'eau courante avec un petit évier pour se laver les mains. Une première à Lapu!

En plus les murs de pierre taillée sont tubés pour l'électricité!! Le sol sera en béton lissé pour facilité le nettoyage.

Autour du dispensaire il y aura une terrasse en pierres plates avec un muret fleuris sur lequel les gens pourront s'assoir. J'offre un peu d'argent au chef de chantier (un type superbe!) pour un peu de laxi et de la viande pour les ouvriers: ils sont aux anges!


On s'arrête ensuite en contrebas pour regarder le travail des ouvriers qui font un superbe boulot en grande partie à la main. Il y a quand même un rabot électrique...

Nous continuons le petit tour en passant par l'école où là les travaux sont quasiment finis. En fait, ils ont simplement reconstruit la partie qui existait déjà mais qui n'avait pas été finie avant le tremblement de terre. Les piliers (gros tubes d'acier) et la charpente métallique n'avaient presque pas bougé, si bien qu'ils ont pu les intégrer dans les nouvelles fondations et minimiser les coûts. Le toit a pu être juste réparé. L'extérieur est en pierre de taille mais l'intérieur a été lissé et les sols sont en béton lissé également.

Les salles de classe actuellement provisoires ont été construites sur l'emplacement de l'ancienne cour d'école alors que le terrain de jeux a été préservé. L'ancienne école a été rasée et pour une raison que j'ignore un mur avec un tableau noir est resté debout, comme un dernier stigmate de la catastrophe.


En retournant à notre maison avec Ganesh, nous passons dire bonjour au vieil oncle et à la vieille tante de Ganesh et Chitra qui nous offrent bien sûr un thé avec des popcorns agrémentés de miel avec ses rayons. On peut difficilement faire plus authentique!

Nous passons la soirée de manière individuelle et je fais un peu connaissance (grâce à mes 3 mots de népalais) avec Maila Gurung, et un peu plus avec Sumdah, l'étudiante en charge du recensement. Le jeune fils de Maila -qui marche à peine- a une large préférence pour les hommes et cherche sans arrêt à venir dans mes bras, ce qui rend jalouse Sumdah qui voudrait bien jouer...

J'en apprends un peu plus sur la structuration du village de Lapu. Le village est divisé en neuf "wards". Tout le monde semble un peu se mélanger les pinceaux avec ces numéros même si c'est officiel et qu'ils en parlent régulièrement. Il va falloir faire une carte de tout cela notamment pour planifier le réseau d'eau.