Des infirmières de l'école de la Source à Lapu - 6

January 5, 2019

Recherche de terrain

Le terrain idéal repéré demande quelques négociations. Nous partons le matin avec Ganesh, Mane et un des propriétaires pour visiter ce terrain tout proche de l'école, sur un replat. Je propose au propriétaire un échange avec un terrain plus proche du village et moins sec pour ses cultures (celui convoité est semble-t-il assez sec ce qui ne m'étonne pas car il est sur une zone avec de nombreux rochers). L'idée a l'air de le séduire. J'essaie d'argumenter un peu en disant qu'il faudra trouver un bon prix qui ne lui laisse pas de regrets et qui ne le fasse pas passer pour un profiteur sur le dos de l'école.

Nous reprendrons la discussion avec son oncle ce soir...

Camp de santé à Kranigaon

Aujourd'hui, comme une fois par mois, les infirmières de Lapu vont à Krasigaon, village voisin à 1h30 de marche, pour consulter les patients sur place et faire le suivi des grossesses. Elles nous laissent les accompagner. Cette prestation est fixée par la loi dans la municipalité de Darche.

Sur le trajet nous faisons une petite opération de nettoyage du chemin et je me prépare à faire de même en plus sérieux au retour.

Le village de Krasigaon, 80 maisons environ, est juste sous la montagne qui a explosé lors du tremblement de terre. 35 bergers sont morts dans les pâturages pendant le séisme et l'éboulement a emporté la partie centrale du village jusqu'à la Budhi Gandaki, 1000m plus bas, bloquant le flux pendant plusieurs jours.

Aujourd'hui le village a été reconstruit mais il est menacé par un glissement de terrain permanent. Lentement la montagne part vers la vallée... Le gouvernement surveille de près et un système d'alarme est en place. A chaque mousson les maisons glissent un peu plus et s'effondrent bout par bout. On a observé l'une d'elle qui a glissé lentement sur plus de 10m en quelques années... Construite antisismique, elle tient le coup sans se briser, mais glisse inexorablement...

Plus loin dans le village on nous accueille au dispensaire payé par Good Neighbors. Je suis frappé par la plaque à l'entrée qui affiche des travaux pour 19'000$ pour une pièce et demie ! Le nôtre a couté 10 de plus mais il compte 3 pièces... et il est vraiment plus beau... Ganesh m'explique que notre coût relativement modeste vient du fait qu'on a récupéré les pierres de l'ancien dispensaire, comme pour notre construction à l'école.

Actuellement les coûts de construction sont à la baisse grâce à la route qui fait chuter les frais de transport. Pas à Krasigaon où il n'y a pas de route.

Rapidement après notre arrivée, le monde arrive. Les infirmières installent l'intérieur avec une table de consultation et des chaises qu'on leur amène de partout. Petite cérémonie d'accueil avec collier de fleurs et écharpe de bienvenue. Très vite les premières consultations commencent. Je suis frappé par le rythme ! 5-10 minutes par patient. 

La consultation s'organise ainsi:

  • anamnèse  du problème seulement

  • prise de la tension

  • et prescription du médicament qui s'éloigne le moins du problème

C'est assez frustrant mais les traitements à disposition sont tellement minces que de toute façon on ne peut pas faire grand-chose d'autre. 

Une des patientes vient avec une inflammation de la paupière, sans signe infectieux et elle se plaint donc de l'oeil. Sans anti-inflammatoire topique, l'infirmière lui administre un antalgique par voie générale, ce à quoi je ne crois pas beaucoup... Les maux de ventre sont tous à peu près traités par antiacide et les toux par un antiallergique sans auscultation... bref, je suis perplexe ! Mais il n'empêche que les traitements fonctionnent et je pense donc que l'effet placebo est particulièrement efficace ici !

;-)

Côté suivi de grossesse, je ne participe pas par respect, mais Primsilla ausculte les battements fœtaux chez toutes les femmes, les pèse, et examine les ventres.

Les jeunes étudiantes ne sont pas d'une grande utilité à ce stade mais c'est intéressant pour elles.

En dehors du dispensaire, je répare un panier acheté d'occasion pour le nettoyage du chemin.

Au retour, nous marchons avec 2 des enfants qui vont à l'école de Lapu. Les plus grands ont une chambre à Lapu car le trajet de 3h aller-retour ne le leur laisse pas assez de temps pour étudier, mais la majorité des 34 enfants de Krasigaon qui étudient à Lapu font le trajet à pieds tous les jours.

Nous profitons de la présence de ces deux garçons pour ramasser avec eux des déchets plastiques trouvés sur le chemin. En 3/4 d'heure nous remplissons deux paniers que nous brûlons au sommet. Sur le reste du chemin jusqu'à Lapu, ce sont deux nouveaux paniers tassés à ras bord que nous récoltons, faisant un max de pub en arrivant au village ! L'état du village est d'ailleurs bien attristant tant il y a de déchets partout... je propose aux 3 étudiantes d'organiser une action Clean-Lapu avec le village et Ganesh me propose d'en parler au maire de Darche à Katmandu et de lui proposer un objectif de propreté des villages sur plusieurs années.

Arrivé chez Maila, nous faisons rapidement un monstre feu avec ce plastique et ce PET qui brûle facilement.

Je prépare ensuite un meeting sur la question de l'école que nous devons tenir ce soir si le départ est maintenu à demain. Je préférerais quant à moi finaliser cette acquisition de terrain et remettre notre départ d'un jour.

Finalement la réunion aura lieu dimanche matin de bonne heure. Un des proprios est déjà passablement sous l'influence du raksi (alcool local) et il n'y a pas assez de monde présent... on verra donc demain..

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Recent Posts

September 30, 2019

Please reload

Follow Us

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black LinkedIn Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black YouTube Icon